Menu
exclusif exclusif
exclusif
RECHERCHER DANS CE SITE
People, Infos, Evénements, Cocktails, Miss, Mannequins, Spectacles, Auto




Infos
Lundi 19 Février 2024


Délinquance à La Réunion: chiffres 2023 en hausse, la mobilisation se poursuit



Jérôme Filippini, Préfet de La Réunion, a présenté les chiffres 2023 de la délinquance générale à La Réunion, qui sont hélas en hausse de 16,5% par rapport à 2022. La situation des violences intrafamiliales demeure préoccupante avec une moyenne de 12 femmes se présentant chaque jour aux forces de l'ordre pour des violences subies. Et côté stupéfiants, l'arrivée du protonitazen, une drogue très dangereuse qui a provoqué 3 décès, inquiète les autorités.



Nicolas Le Gall, directeur régional des Douanes, Frédéric Labrunye, commandant de la Gendarmerie nationale de La Réunion, Jérôme Filippini, Préfet de La Réunion, et Laurent Chavanne, directeur territorial de la Police nationale
Nicolas Le Gall, directeur régional des Douanes, Frédéric Labrunye, commandant de la Gendarmerie nationale de La Réunion, Jérôme Filippini, Préfet de La Réunion, et Laurent Chavanne, directeur territorial de la Police nationale
Pour la présentation de ce tableau très complet sur la délinquance générale dans l'île, Jérôme Filippini avait à ses côtés Frédéric Labrunye, commandant de la Gendarmerie nationale de La Réunion, Laurent Chavanne, directeur territorial de la Police nationale, et de Nicolas Le Gall, directeur régional des Douanes.

Le préfet a d'abord remercié "les hommes et les femmes qui, chaque jour, donnent de leur temps, de leur énergie, de leur détermination, mettant parfois leurs vies en péril pour lutter contre la délinquance". Il a aussi salué "l'excellente collaboration avec les procureurs de la République, essentielle à l'action contre la criminalité".

Jérôme Filippini a confirmé que les chiffres de la délinquance sont bien en hausse de 16,5%, avec deux constats: mauvais point pour les atteintes à l'intégrité des personnes qui sont de 15,7 pour 1 000 habitants (contre 12,8 au niveau national), avec une forte augmentation des violences intrafamiliales et sexuelles, tandis que les atteintes aux biens "restent maîtrisées", soit 13,5 pour 1 000 habitants (contre 29 au niveau national).


Violences intrafamiliales (VIF), une priorité

En moyenne, 12 femmes par jour se présentent à la porte d'un commissariat ou d'une gendarmerie pour déclarer des violences conjugales, soit plus de 4 300 femmes victimes par an, ce qui est énorme. Fort heureusement il n'y a pas eu de féminicide dans l'île en 2023.

"Dans 95% des cas, les violences sont effectuées sur fond d'alcool ou de drogue" précise le préfet en ajoutant: "La Réunion est une terre de mobilisation dans la lutte contre les VIF avec un tissu associatif fort, et plusieurs actions ont été menées. En 2023, il y a eu des assises régionales des VIF, la mise en place d'un conseil local d'aide aux victimes, le déploiement d'un bus dans l'Est de l'île pour les victimes, des policiers et gendarmes formés pour un meilleur accueil des victimes, ainsi que des mesures judiciaires renforcées (téléphone grave danger, bracelets anti-rapprochement, ordonnances de protection,...)".

Jérôme Filippini a confirmé que la mobilisation continue en 2024 avec plusieurs actions concrètes: installation de maisons de la mère et de l'enfant dans les hôpitaux, nouvelle antenne d'accueil pour les auteurs des violences à Saint-Pierre, lancement du Pack nouveau départ. Par ailleurs, il y aura la création de 3 brigades de gendarmerie dédiés aux VIF en 2025.


Lutte contre les stupéfiants

Le préfet a rappelé que La Réunion est d'abord importatrice de drogues mais aussi exportatrice de cannabis, d'où "une mobilisation totale des forces de l'ordre qui va persister en 2024".

2023 a été une année record dans la lutte contre les stupéfiants avec d'importantes saisies des douanes passées de 45 à 88% en fonction des produits, 2 600 infractions (+89%) à la législation enregistrées, 2 618 amendes dressées pour les consommateurs, 153 opérations de harcèlement dans 8 points de deal, 7 tonnes de drogue saisies en zone maritime Sud de l'Océan Indien, 383 millions d'euros de drogues détruites. Et très récemment, 1,6 tonne de méthamphétamine a été saisie dans le canal du Mozambique.

"La lutte contre les stupéfiants est ultra prioritaire, il ne fait pas bon vivre à La Réunion pour les trafiquants de drogue" dit le Préfet de La Réunion, "nous continuerons les contrôles aux sorties de discothèques chaque week-end, les douanes continuent à sévir afin de détecter les mules qui transportent de la drogue, et nous avons mis en place des opérations "Place Nette" dans plusieurs quartiers de l'île. Fin janvier, 9 opérations d’ampleur ont été menées à Saint-André, Saint-Benoît, Saint-Denis, Saint-Louis, Sainte-Marie, Saint-Paul et Saint-Pierre, qui ont aussi permis de lutter contre d'autres formes de délinquance".
 

Jérôme Filippini face à la presse: "En 2024, la lutte contre les délinquants sera aussi intense"...
Jérôme Filippini face à la presse: "En 2024, la lutte contre les délinquants sera aussi intense"...



Sécurité routière

Il y a eu "une baisse historique" du nombre de tués sur nos routes en 2023, soit 33 morts contre 45 en 2022. En revanche, le nombre de blessés a augmenté de 22%. "L'alcool et la vitesse sont les principales causes d'accidents, l'usage des drogues est aussi présent, les contrôles vont continuer, les suspensions et retraits de permis également. En date du 16 février 2024, nous comptons hélas déjà 6 décès sur nos routes.
Nous multiplierons également les actions de prévention et de sensibilisation par le biais de nos partenaires et des IDSR (Intervenants Départementaux Sécurité Routière) que je tiens à remercier".



Sécurité du quotidien

"Les forces de l'ordre restent au contact de la population, elles collaborent avec les communes, la Police municipale, les bailleurs, les gestionnaires des transports, notamment avec le GLO (Groupe de Partenariat Opérationnel), et le GLTD (Groupe Local de Traitement de la Délinquance). Il y a eu une hausse de caillassages de bus, la sécurité dans les transports est un enjeu important" dit le préfet.

En 2023, 1 383 bus ont été contrôlés révélant 450 infractions, et plus de 21 000 personnes ont été contrôlées. Et plusieurs actions de sensibilisation sont menées de manière régulière.

"Les Réunionnais veulent que la vie soit plus tranquille dans leurs quartiers, des comités de pilotage se sont tenus en 2023 pour prévenir les violences urbaines et limiter les atteintes aux personnes, aux biens, et les troubles de voisinage".


Maltraitance animale

Voilà un sujet qui préoccupe les autorités qui ont constaté une hausse de 127% du nombre de sévices graves ou d'actes de cruauté envers un animal domestique apprivoisé ou captif, ce qui est conséquent. 8 000 cadavres d'animaux ont été recensés en 2023. La préfecture collabore avec des associations comme la SPA ou l'Abepa afin de porter assistance aux animaux victimes.


L'immigration irrégulière

Dernier sujet de sécurité publique évoqué par les autorités, l'immigration irrégulière. "Il n'y a pas d'immigration massive à La Réunion" souligne le préfet, "ceux qui arrivent sont dans l'ordre des Sri-Lankais, des Comoriens, des Malgaches et des Mauriciens. Il y a eu plusieurs dizaines de reconduite à la frontière" assure Jérôme Filippini qui précise que les immigrants irréguliers venant de Mayotte ne sont pas énormes contrairement à une idée répandue. "Nous restons vigilants sur le sujet".


En conclusion, le Préfet de La Réunion a prévu "une année 2024 aussi intense". Un nouveau Plan départemental de lutte contre la délinquance est mis en place avec des axes prioritaires. "Il s'agit de travailler avec la population, notamment avec les jeunes, et d'aller vers les personnes vulnérables. Par ailleurs, La Réunion accueillera le 12 juin la flamme olympique qui va traverser 8 communes, c'est aussi un événement à sécuriser".

Lutte contre les violences intrafamiliales, la prostitution, les rodéos et les pousses, les stupéfiants, la maltraitance animale, l'insécurité routière et l'insécurité du quotidien, telles sont les priorités des autorités pour 2024. Les délinquants de tous bords sont prévenus.


Aziz Patel
 

Ils ont dit

Frédéric Labrunye, commandant de la Gendarmerie nationale de La Réunion

"Les VIF sont plus nombreuses dans le Sud de l'île, représentant un tiers des victimes. Concernant les atteintes aux biens, nous avons constaté beaucoup de vols à la roulotte dans l'Ouest. Pour les drogues, nous avons mis hors d'état de nuire l'arrivée du protonitazen, qui a causé 3 décès, nous avons saisi un speed boat mauricien et fermé des points de deal à Saint-Benoît et à Saint-Louis, nous avons aussi saisi du zamal chez plusieurs cultivateurs. Nous restons malgré tout très vigilants".


Laurent Chavanne, directeur territorial de la Police nationale

"Nous avons obtenu de très bons résultats sur la partie stupéfiants, avec la fermeture de points de deal et une attention sur la vente sur les réseaux sociaux. Pour les VIF, des policiers ont été formés pour mieux accueillir les victimes, pour nous c'est un sujet prioritaire. Une salle d'investigation, la Salle Mélanie, accueille les enfants victimes de violences afin qu'ils puissent libérer leurs paroles. 
Dans les transports collectifs on se doit d'être efficace. Concernant les rodéos, nous avons saisi 30 motos. Nous  avons subi des violences urbaines à Saint-André et au Port, nous faisons le maximum pour lutter contre ces incivilités.
Nous travaillons en bonne coopération avec les associations de défense des animaux pour lutter contre la maltraitance".



Nicolas Le Gall, directeur régional des Douanes

"Nous avons connu une augmentation des saisies en 2023, soit 30 kg de cocaïne et 230 kg de cannabis. Nous sommes hélas dans la tendance mondiale de hausse de la circulation de drogues, nous sommes attentifs à ce qui se passe. Il y a un flux important de passagers, on a constaté de plus en plus de drogue ingérée, ce qui constitue une dangereuse prise de risque pour les mules".









































Pierre. S
[  Lu 567 fois…  ]













__Publicité__