Menu
exclusif exclusif
exclusif
Magazine People - Evénements - Miss - Cocktails - Spectacles - Auto - Sports
Infos
Lundi 6 Avril 2020

9 personnes ayant quitté leur quatorzaine ont été verbalisées et risquent le tribunal correctionnel


Elles ont qualifié «d’invivables» leurs conditions de séjour dans le centre de quatorzaine ouvert ce samedi à La Réunion à l'hôtel Créolia de Saint-Denis, un hôtel 4 étoiles tout de même. La Préfecture de La Réunion explique leurs conditions de confinement et les risques encourus pour ces personnes.
Précisons aussi que ce lundi 6 avril, 5 nouveau cas de malades contaminés ont été enregistrés dans l'île, un chiffre en baisse.


Un centre de confinement a été ouvert samedi après-midi à l'hôtel Mercure Créolia de Saint-Denis
Un centre de confinement a été ouvert samedi après-midi à l'hôtel Mercure Créolia de Saint-Denis
Qui dit vrai?

D'un côté ces 9 personnes qui expliquent que leurs "conditions de confinement sont déplorables". Dans le désordre, elles disent qu'il n'y a pas d'accompagnement de l'ARS, qu'elles n'ont pas de masques et de gants, qu'elles n'ont pas assez de bouteilles d'eau et qu'une personne dans l'hôtel avait de la fièvre et de la toux, sans prise en charge...

Elles ont donc décidé de partir sans autorisation ce lundi, les policiers ont venus sur place, elles ont été verbalisées, certaines sont revenues à l'hôtel.

De l'autre côté, la Préfecture "s’inscrit absolument en faux" contre ce constat: "Ces personnes se sont vues attribuer des chambres d'un hôtel reconnu pour son caractère haut de gamme. Un effort particulier a même été réalisé au profit des familles nombreuses en leur attribuant des chambres communicantes, avec deux balcons, de type «suite».

Les repas sont livrés trois fois par jour par un service traiteur qui a adapté les paniers repas aux interdits et besoins alimentaires des personnes. A la réception de l’hôtel, des fruits, des viennoiseries, du pain, du thé et du café sont par ailleurs disponibles en cas de «petite faim» entre les repas. Chaque chambre dispose d’une télévision, d’un accès WIFI et d’un téléphone fixe.

Par-delà la présence d’un personnel de l’hôtel à la réception, une association agréée de sécurité civile est présente en journée pour faire le lien avec les proches venant déposer des effets personnels ou de la nourriture. Les personnes ont par ailleurs la possibilité d’appeler leur médecin traitant pour réaliser une téléconsultation ou le centre 15 en cas d’urgence.

Des infirmiers et un médecin coordinateur assurent une présence ponctuelle dans la structure (à raison de deux demi-journées par semaine), dès lors qu’il ne s’agit pas de personnes malades mais en auto-surveillance. Compte tenu de l’ouverture récente du centre (samedi après-midi), les premières visites auront lieu demain (mardi)"

Et la Préfecture rappelle que "les conditions de logement et les règles ont été expliquées aux voyageurs lors de leur arrivée à l’hôtel. Les personnes peuvent sortir de leur chambre, dans le respect des gestes «barrières» et dans la limite d’une heure par jour conformément au règlement intérieur. Elles ne peuvent en revanche pas quitter le site de l’hôtel".

La police a verbalisé les contrevenants
La police a verbalisé les contrevenants
Alors qui dit vrai? Avec les explications données par la Préfecture, on peut dire sans risque que certains confinés n'ont pas la chance d'être dans un tel type d'établissement, sans télévision, sans wifi même parfois...

Et nous avons entendu les témoignages de deux personnes confinées au Créolia dans le JT d'Antenne Réunion, et elles disaient autre chose: "On est bien installé, un traiteur nous livre le déjeuner, puis le dîner vers 18h en même temps que le petit déjeuner du lendemain... On était sceptique le premier jour, mais tout se passe bien... On a le droit de sortir une heure par jour aux abords de la piscine en respectant la distanciation..." Evidemment, la piscine n'est pas utilisable et c'est normal afin d'éviter une éventuelle propagation.

Bref, ce n'est pas le même discours, et on se demande ce qui a bien pu se passer pour ces 9 personnes. Dans tous les cas, avant de prendre l'avion, elles savaient parfaitement ce qui les attendait à leur arrivée. Il est évident qu'une quatorzaine, même dans un tel cadre, est difficile à vivre, mais une réglementation a été mise en place, il s'agit de la respecter, pour la santé d'eux-mêmes et des autres.

Une chambre au Créolia...
Une chambre au Créolia...
Sanctions encourues

La Préfecture rappelle que "le fait d'avoir quitté le centre d'hébergement sans autorisation constitue une violation de l'arrêté préfectoral en vigueur".

La Police Nationale a déjà dressé des PV (135 euros d'amende) aux 9 personnes concernées. Et le Préfet a alerté le procureur de la République de Saint-Denis qui peut décider de les poursuivre devant le tribunal correctionnel "en retenant la qualification la plus adaptée".

Rester 14 jours en confinement dans un hôtel est-il si impossible à supporter? Et si des problèmes existent, un dialogue constructif ne permettrait-il pas de trouver des solutions? 14 jours c'est long certes, mais c'est peu dans une vie, pour garantir sa santé et celle des autres.

A.P.

Aziz Patel
[  Lu 282 fois…  ]