Menu
Infos

Décryptage: Gilets jaunes, réactions très (trop?) tardives!


Comment dire? Il ne nous appartient pas de juger, de critiquer gratuitement, de dire “il fallait que…” “on aurait dû…”, mais avec un peu de recul, il est nécessaire de constater, afin de mieux réagir la prochaine fois, si prochaine fois il y a. L'analyse se veut constructive.


Un mouvement qui dure...
Un mouvement qui dure...
Le mouvement a démarré samedi 17 novembre, et plus de huit jours plus tard, il perdure pendant que le gouvernement regarde le train passer et les Champs Elysées être abîmés. A ce sujet, il y aurait aussi beaucoup à dire sur la gestion de cette journée parisienne, catastrophique pour l’image de la France et pour les victimes des dégradations, mais passons… Si Emmanuel Macron et Edouard Philippe comptaient sur un rapide essoufflement de la contestation et un retour à la normale, c’est raté.
 
Certes, il y a moins de monde sur les blocages de routes, mais ces barrages continuent à perturber gravement l’activité du pays. A bien y regarder, c’est bien le manque de réactivité des autorités et des décideurs de tous poils qui ont entraîné l’enchaînement des manifestations partout en France, et notamment à La Réunion.
 
Didier Robert a été le premier à réagir dans notre île en annonçant le gel de l’augmentation prévue des taxes, une annonce du président de Région loin d’être suffisante. Il aurait fallu aussi annoncer une baisse immédiate des taxes, au moins sur le carburant, cela aurait déjà amorcé une baisse de la tension.

L'image de la France a pris un coup!
L'image de la France a pris un coup!
Le Préfet et la Ministre ont pris leur temps…
 
Le Préfet de La Réunion a pris huit jours pour venir à la rencontre des manifestants devant la Préfecture, un laps de temps qui n’a fait qu’envenimer les choses. Dès lundi 19 novembre, il aurait dû venir les voir. Envoyer sa directrice de cabinet, -compétente certes, mais pas suffisamment “symbolique”-, discuter avec les représentants des Gilets jaunes, à cause d’une visio-conférence avec Paris, a hélas montré à ces derniers le peu de cas fait de leurs revendications par le représentant de l’Etat.
 
“J’ai conscience qu’il faut aller vite” a dit Amaury de Saint-Quentin hier samedi, une semaine plus tard, mais le retard à l’allumage est déjà pris et constitue un handicap. Quant à la Ministre des Outre-mer, elle fait encore plus fort en annonçant sa venue la semaine prochaine, sans précision de jour. De quoi énerver encore plus les Gilets jaunes, constatant que la situation dans l’île n’est pas prioritaire.
 
Annick Girardin doit assister à une réunion importante sur le budget de l’outre-mer lundi, mais au vu de la situation qui s’est vite dégradée, elle aurait très bien pu prendre l’avion mercredi ou jeudi soir, rencontrer les manifestants puisque tel est son souhait, et repartir dimanche soir pour Paris où elle aurait pu plaider la cause en souffrance des ultra-marins réunionnais lors de l’examen de ce budget non?
 
Vous imaginez, le temps qu’elle arrive, qu’elle rencontre les Gilets jaunes, qu’elle écoute les revendications, qu’elle prenne des décisions, que ces derniers acceptent ou pas les annonces, on en a encore pour une semaine au minimum de galère! Afin d’espérer un arrêt du mouvement, il faudra que les annonces de la Ministre soient vraiment à la hauteur des attentes des Réunionnais pour un changement radical de notre société. Peut-être arrivera-t-elle avec des annonces très concrètes telle la mère Noël?

Que va-t-il annoncer? Des mesurettes ou de vraies mesures?
Que va-t-il annoncer? Des mesurettes ou de vraies mesures?
Emmanuel Macron intervient trop tardivement…
 
Au plus haut niveau de l’Etat, le temps pris par le président de la République pour répondre aux Gilets jaunes est très préjudiciable. Emmanuel Macron va intervenir seulement mardi. Pourquoi ne l’a-t-il pas déjà fait vendredi ou samedi même? Pour les étrangers, l’image de la plus belle avenue du monde en feu restera à jamais gravée dans les mémoires. Et ce n’est pas un tweet condamnant les exactions qui va régler les problèmes.
 
Et il paraît qu’Emmanuel Macron ne va pas revenir sur les mesures contre lesquelles se battent les Gilets jaunes et mettre en place un “Conseil sur le climat” qui va réfléchir sur certaines mesures. Déjà, ce qu’il avait annoncé pour tenter de désamorcer la crise (aide sur les voitures propres, prime de remplacement des chaudières,…) n’a eu aucun effet, se cantonner à la transition écologique pour justifier toutes les augmentations ne mènera à rien d’autre qu’à l’exaspération générale.
 
A vouloir taxer un maximum pour faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat, le gouvernement a incité les Français à descendre dans la rue avec des conséquences financières considérables au vu des dégradations et du manque à gagner général, autant pour la consommation, génératrice de taxes (TVA notamment), que pour la croissance du pays. Et il faudra en plus aider les collectivités et les entreprises qui ont subi cette crise sans précédent. Gagner d’un côté pour payer les pots cassés de l’autre, quel intérêt?

Dans tout ça, il y aussi des images qui n’ont fait que renforcer la détermination des Gilets jaunes: Emmanuel Macron en visite en Belgique, trinquant avec le couple royal pendant que les Français sont dans la rue, ou encore les maires de La Réunion absents de l'île car trinquant à Paris à leur Congrès annuel. Des politiques locaux étrangement silencieux pendant cette semaine de ras-le-bol, d’où le rejet global des élus, et de quoi faire réfléchir en effet.
 
Les autorités administratives et politiques ont perdu beaucoup de temps, laissant la situation pourrir et les Réunionnais dans le brouillard pour la suite, les Gilets jaunes étant encore plus remontés qu’en début de semaine. Et toute l’économie locale est étouffée par ces blocages, avec des pertes d'emplois à court terme en perspective. Et c’est aussi dommage que, de leur côté, les Gilets jaunes aient pris autant de temps pour s’entendre et trouver des interlocuteurs capables d’aller discuter avec les autorités, mais ça c’est un autre débat.
 
Dans neuf mois, on constatera certainement un effet baby-boom suite aux longues journées et nuits de ce mois de novembre, en espérant que les bébés qui naîtront alors, avec un gilet jaune, auront un avenir plus serein en vue après l’annonce de mesures importantes, efficaces et pérennes pour notre Réunion, aujourd’hui affaiblie à tous les niveaux. Dans le cas contraire, ces mêmes bébés seront à leur dans la rue dans quelques années…
A.P.
 
 

Aziz Patel
[  Lu 69 fois…  ]






Infos | People | Evénements | Soirées en boîte | Filles de la semaine | Miss | Artistes | Sports | Portrait | Edito | Cocktails