Menu
Infos

Michel Maffesoli, invité du Grand Forum: "Pour un idéal communautaire"


Sociologue, professeur émérite à la Sorbonne, auteur de plusieurs ouvrages, conférencier, Michel Maffesoli est l'invité du traditionnel Grand Forum, dont c'est la 20ème édition, organisé par le Crédit Agricole, en partenariat avec Groupama, SFR et Tereos. "La crise est dans nos têtes" dit Michel Maffesoli.


Frédéric Brette, directeur générale du Crédit Agricole de La Réunion, et Michel Maffesoli
Frédéric Brette, directeur générale du Crédit Agricole de La Réunion, et Michel Maffesoli
Il arbore un immense sourire, place toujours quelques blagues dans son propos, mais il sait où il va dans son discours très cartésien. Lors du Grand Forum, Michel Maffesoli, qui se dit "renifleur sociétal",  évoquera les changements qui conduisent de la société moderne structurée à la société post-moderne. "On ne peut pas nommer cette nouvelle période qui se trame devant nous, d'où ce terme de post-modernité" dit-il.

Selon Michel Maffesoli, c'est à partir du 17ème siècle et de Descartes que l'homme a pris conscience de ce qu'il est, d'où une meilleure confiance en lui. Après les trois derniers siècles et "Les Temps modernes", nous serions dans une phase de renaissance, d'où la crainte générale que l'on ressent. "La fin d'un monde n'est pas la fin du monde" dit-il, "le désenchantement du monde doit conduire à un réenchantement. Le danger existe, faut accompagner cette gestation actuelle afin que le le rêve ne devienne pas un cauchemar. Face à l'intégrisme laïc, il est nécessaire de prôner l'idéal communautaire"...


Michel Maffesoli est formel: "La presse va devenir de moins en moins importante, les intellectuels ont de moins en moins de pouvoir, les partis politiques se cassent la gueule, il y  a saturation, donc forcément dégradation. On assiste à la révolte des masses". D'où la montée des extrémismes constatée un peu partout dans le monde.

"Non à la sinistrose franchouillarde, oui à la renaissance!" dit-il
"Non à la sinistrose franchouillarde, oui à la renaissance!" dit-il
La crise, quelle crise? "Dans une carrière humaine, il y a régulièrement des crises, à commencer par celle de l'adolescence. On ne peut pas nier ce qui se passe, mais la crise est avant tout dans nos têtes. Je le répète, il s'agit de prendre conscience de ce que l'on est pour reprendre confiance dans l'avenir". 

Michel Maffesoli reste réaliste, il estime que "la crise économique n'est qu'une conséquence d'une mutation sociétale profonde et jouissive. L'économie est seconde, le sociétal est premier". Lors de Grand Forum, le sociologue, inventeur des notions de "tribalisme" et de "nomadisme", reviendra "sur ces figures évocatrices de notre nouvelle manière d'être au monde: l'oxymore ou le fait d'être ceci ou cela, le retour de l'enfant éternel, la métapolitique, et l'émergence de diverses formes de religiosité".

De quoi susciter des échanges intéressants lors des conférences prévues:
- vendredi 2 novembre à partir de 18h au siège du Crédit Agricole de Saint-Denis (uniquement sur invitation)
- samedi 3 novembre à 10h30 au Campus du Moufia (amhithâtre Lacaussade, ouverte à tous)

Par ailleurs, Michel Maffesoli dédicacera ses livres ce vendredi à 10h30 à la Librairie Gérard (Saint-Denis)

 


Aziz Patel
[  Lu 174 fois…  ]






Infos | People | Evénements | Soirées en boîte | Filles de la semaine | Miss | Artistes | Sports | Portrait | Edito | Cocktails