Menu
exclusif exclusif
exclusif
Magazine People - Evénements - Miss - Cocktails - Spectacles - Auto - Sports
Infos
Samedi 4 Avril 2020

Le roi de Thaïlande confiné dans un palace en Allemagne avec son harem de 20 femmes "droguées"!


Dans son pays, l'état d'urgence a été instauré, le coronavirus a déjà touché plus de 2 000 personnes et fait une dizaine de morts. Pour se protéger, Rama X, roi de Thaïlande, s'est réfugié dans un hôtel de luxe allemand, avec 20 femmes de son harem, "des femmes droguées et à la merci du roi" selon un journaliste anglais. Les Thaïlandais, abandonnés par leur roi, crient leur colère.


Un harem de 20 femmes soumises avec le roi...
Un harem de 20 femmes soumises avec le roi...
Maha Vajiralongkorn, c'est son vrai nom, 67 ans, a privatisé un hôtel quatre étoiles, le Grand Hotel Sonnenbichl de Garmisch-Partenkirchen, situé en Bavière, pour son harem et sa dizaine de serviteurs, rapporte le tabloïd allemand Bild, qui précise que la reine Suthida, épousé en mai 2019, n'était pas présente en Allemagne.

Tous les autres établissements hôteliers ont fermé leurs portes, mais le Grand Hotel Sonnenbichl a obtenu une dérogation pour accueillir toute la délégation du souverain. Andrew MacGregor Marshall, un journaliste britannique qui vit en Australie, a mené des investigations, et a évoqué sur ce qui se passerait dans cet hôtel allemand. Et c'est effarant!

Selon les sources du journaliste, certaines femmes seraient droguées, placées à la merci du roi, dans une pièce baptisée "La salle des plaisirs". Les 20 femmes subiraient une pression psychologique similaire à celle des membres d'une secte!

Rama X a accédé au trône en 2016, et il ne fait parler de lui que par ses frasques!
Rama X a accédé au trône en 2016, et il ne fait parler de lui que par ses frasques!
Pour constituer son harem, Rama X choisirait essentiellement des jeunes filles, écrit Andrew MacGregor Marshall. "Les filles s'engagent dans l'armée dans l'espoir d'être repérées par le souverain et certaines seraient même encouragées par leur famille, désireuse de gagner de l'argent".

Une fois repérées, ces jeunes femmes entrent dans un régiment spécial de l’armée de l’air appelé Special Air Service (SAS). Elles sont rebaptisées et adoptent toutes le même nom, Sirivajirabhakdi. Elles grimpent les différents échelons militaires, comme récemment Niramon Ounprom, surnommée Koi.

Niramon, infirmière, a été présentée officiellement en juillet 2019 par Rama X, elle a été promue à divers grades avant de devenir la favorite du roi et la major-générale de l’armée de Thaïlande. Ca na pas duré, car en octobre, le roi l'a répudiée et l'a fait mettre en prison.

Même profil: cheveux courts ou coupe au carré

"Sur les réseaux sociaux, des journalistes d'investigation ont découvert différents comptes de jeunes filles supposées appartenir au harem du roi. Elles portent toutes le fameux nom de famille et répondent à la même apparence: des cheveux coupés très courts ou une coupe au carré. Ces concubines arborent également le même pendentif, un demi-coeur que leur offre Maha Vajiralongkorn quand elles entrent dans le SAS".

L'hôtel 4 étoiles où sont confinées (enfermées) les femmes du roi de Thaïlande, ainsi que ses serviteurs...
L'hôtel 4 étoiles où sont confinées (enfermées) les femmes du roi de Thaïlande, ainsi que ses serviteurs...
Depuis son accession au trône en 2016, le roi de Thaïlande n'a cessé de choquer, autant l'opinion publique internationale que son peuple. Ses frasques et ses quatre mariages successifs, dont celui avec la reine Suthida, trois jours avant son couronnement, ont fait la Une des journaux.

Malgré les poursuites encourues, un crime de lèse-majesté en Thaïlande pouvant être puni de 15 ans de prison,

Aujourd'hui, de nombreux Thaïlandais, malgré les risques encourus (ils encourent 15 ans de prison pour lèse-majesté), ont fait part de leur colère sur les réseaux sociaux. Le hashtag «Pourquoi avons-nous besoin d'un roi ?» a ainsi été utilisé 1,2 million de fois sur Twitter dans les 24 heures ayant suivi la nouvelle du confinement du roi en Allemagne, révélée par un activiste thaïlandais exilé en France.

On est en 2020, et cet exemple montre bien le peu de considération portée aux femmes par certains hommes se croyant tout permis, des obsédés sexuels surtout. On parle du roi de Thaïlande, mais ces affaires de femmes soumises et maltraitées sont hélas légion à travers le monde... Certains (mauvais esprits) diront qu'elles l'ont cherché, mais ce serait faire preuve de manque de discernement sur le contexte de chaque cas. Et malheureusement, le Covid-19 ne les arrêtera pas.
 

[  Lu 1589 fois…  ]