Menu
exclusif exclusif
exclusif
RECHERCHER DANS CE SITE
People, Infos, Evénements, Cocktails, Miss, Mannequins, Spectacles, 🚘Auto




Infos
Jeudi 6 Avril 2023


Sécurité routière: lancement de l’application «Ma route en deux-roues motorisés»



Cette application destinée à signaler les dangers rencontrés sur les routes pour les motards a été lancée à La Réunion la semaine dernière à la Préfecture, avec signature des parties prenantes. Précision importante, ce n'est pas une appli grand public, elle est utilisée par des motards clairement identifiés.



Joël Josserand, de la FFMC, Fabrice Hoarau, vice-président de la Région, Parvine Lacombe, directrice de cabinet du Préfet, Michel Aleu, directeir adjoint de la Police Nationale, Jean-Christophe Bellomia, commandant de l'EDSR, et Laurent Serveaux, trésorier du Club 125, ont tous signé la charte
Joël Josserand, de la FFMC, Fabrice Hoarau, vice-président de la Région, Parvine Lacombe, directrice de cabinet du Préfet, Michel Aleu, directeir adjoint de la Police Nationale, Jean-Christophe Bellomia, commandant de l'EDSR, et Laurent Serveaux, trésorier du Club 125, ont tous signé la charte

La délégation à la sécurité routière a développé une application collaborative pour les usagers des deux-roues permettant de signaler avec précision des anomalies sur les routes (trou, rainure…) pouvant aggraver ou favoriser la survenue d’accident.

L’application dénommée «Ma route en deux-roues motorisés» (MR2RM) a été initiée dans le Calvados en métropole, et l'expérimentation de deux ans a été concluante. Elle est déclinée à La Réunion sous le nom de MR2RM974.

Elle sera déployée durant cette année 2023, la signature de la charte afférente a eu lieu en présence de Parvine Lacombe, directrice de cabinet du préfet de La Réunion, cheffe de projet sécurité routière, aux côtés des conseils régional et départemental, des forces de police et de gendarmerie et des partenaires associatifs.

 "Le principe est simple" explique Dany Claret, délégué à la sécurité routière. "Dès que le motard rencontre une difficulté dangereuse pour les deux-roues, il prend une photo, géocalise la position, et le signalement remonte à la délégation sécurité routière, laquelle à son tour informe le gestionnaire de voirie concerné. Il n'y a pas d'obligation de réparation certes, mais nous pensons que le gestionnaire de voirie fera le nécessaire pour réparer, il en va de la sécurité des deux-roues".
 

Parvine Lacombee et Michel Aleu lors de la signature de la charte
Parvine Lacombee et Michel Aleu lors de la signature de la charte

20 motards signaleurs

Parvine Lacombe confirme que le nombre de deux-roues tués à La Réunion a été important en 2022 (16 sur 45 décès): "Les infrastructures ne sont pas en cause à chaque fois, mais dans certains cas elles ont influé sur les décès. Nous partons sur une année d'expérimentation, La Réunion est la première région d'outre-mer à déployer cette application" précise-t-elle.

6 motards de la Police Nationale, 6 de la Gendarmerie, 4 de la FFMC (Fédération des Motards en Colère) et 4 du Club 125 ont été identifiés comme "signaleurs" sur les routes départementales et nationales. Pour l'instant, les voiries des communes ne sont pas concernées, alors que c'est pourtant là qu'il y a le plus de difficultés. "Nous avons engagé des discussions avec les mairies afin qu'elles soient aussi parties prenantes" dit Parvine Lacombe.


Fabrice Hoarau, vice-président de la Région Réunion, président de la Commission Transports, estime que "la sécurité routière est un problème collectif. Depuis début 2023, 8 familles réunionnaises ont été endeuillées. Il n'y a pas que les infrastructures en cause, il y a surtout l'alcool, les stupéfiants, la vitesse, mais cette charte va déjà permettre de réduire les dangers pour les motards. Nous gérons 650 km de routes, nous entretenons nos réseaux, et nous serons réactifs aux remontées d'informations".


Des deux-roues vulnérables

Michel Aleu, directeur adjoint de la Police Nationale à La Réunion, trouve "la démarche intéressante, car les deux-roues sont vulnérables", tandis que Jean-Christophe Bellomia, commandant de l'Escadron Départemental de la Sécurité Routière estime que "c'est une très bonne chose, les infrastructures demeurant une cause secondaire aggravante dans les accidents".

Du côté de la FFMC en revanche, "le doute subsiste sur la réactivité des gestionnaires des routes. En revanche quand un reportage sur un nid de poule dangereux est diffusé à la télévision, les réparations sont vite effectuées. J'espère que nos signalements seront pris en compte" a dit Joël Josserand, membre de la FFMC.


Toujours est-il que l'application «Ma route en deux-roues motorisés» est désormais opérationnelle, on jugera de son efficacité ou pas dans quelque temps.

Aziz Patel

Joël Josserand, Fabrice Hoarau et Parvine Lacombe
Joël Josserand, Fabrice Hoarau et Parvine Lacombe

Jean-Christophe Bellomia et Laurent Serveaux
Jean-Christophe Bellomia et Laurent Serveaux








































[  Lu 345 fois…  ]













__Publicité__